actualité musicale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

actualité musicale

Message  Sandra le Mer 27 Sep 2006 - 19:42

Bernard Lavilliers aborde l'écueil Ferré

LE MONDE | 27.09.06 | 16h19 • Mis à jour le 27.09.06 | 16h19


Le chanteur Bernard Lavilliers en concert au Nice Jazz Festival, le 21 juillet 2005.
AFP/PASCAL GUYOT



En interprétant l'intégrale des chansons de Georges Brassens, Maxime Le Forestier avait inventé un jeu : tout chanter, avec une guitare, sans chichis ni ordre, après un tirage au sort agile opéré par le public. Bernard Lavilliers n'a pas choisi ce cours délicieux et ludique pour aborder l'oeuvre de Léo Ferré, qui se prête peu au butinage. Ferré, selon Lavilliers, c'est du sérieux. Du politique et de la révolution. Le Forestier chaussait ses lunettes de vue pour tourner les pages de son encyclopédie Brassens. Lavilliers force sur le cuir et les ors, anneau à l'oreille, pantalon noir. Vingt-trois chansons, poèmes et récitations : le voyage qu'il propose serpente dans les différentes périodes du maître, sans souci de chronologie, si ce n'est la proposition initiale, La Vie d'artiste, composée en 1950 (poème de Francis Claude).

Le Forestier chantait Brassens dans la petite salle de L'Européen, à Paris, avant d'assurer des dizaines de dates. Lavilliers a chanté Ferré une seule soirée parisienne, en grande pompe, au Théâtre du Châtelet, le 25 septembre, avec un orchestre symphonique. Avant une tournée de huit concerts. Lavilliers chante Ferré réunit dans la salle deux tribus parfois désunies : les amoureux de Léo Ferré et les inconditionnels de l'auteur de Fensch Vallée. Ce récital est l'aboutissement d'une longue série d'hommages à Léo Ferré rendus par Lavilliers - dans les festivals (La Rochelle, Bourges), et ses concerts où Poètes... vos papiers et Est-ce ainsi que les hommes vivent sont devenus des rendez-vous attendus.

LA VOIX N'Y SUFFIT PAS

Il y aura donc ici les grands succès (Avec le temps, La "the" Nana, Merde à Vauban, C'est extra), les textes fleuves (La Mémoire et la Mer, Franco la Muerte) ou encore Comme à Ostende, Le Temps du tango, magnifiquement habillés par l'Orchestre symphonique Pasdeloup. Au commencement, le roi est nu : seul avec un pianiste (Xavier Tribolet, qui reprend ensuite toutes sortes de claviers) pour les cinq premiers morceaux. La voix, grave, de Lavilliers n'y suffit pas. Il est perdu, sans sud, dans une âpreté mélancolique qui accepte mal l'exotisme et la rythmique rock. Les mélodies très particulières, à la fois linéaires et serpentines, que Ferré interprétait d'une voix vibrante, plongent Bernard Lavilliers dans la perplexité. Les mots sortent mal, la diction s'emprunte dans les cabotinages.

Neuf autres chansons sont livrées en quartet (Xavier Tribolet avec Vincent Faucher à la guitare, Gil Gimenez à la batterie et l'excellent Thierry Fanfant à la contrebasse), le reste avec l'Orchestre Pasdeloup, que Ferré lui-même avait dirigé en 1975. Ainsi entouré, Lavilliers reprend ses marques, revenant au mambo pour Monsieur William (Caussimon/Ferré), au baroque pour Les Corbeaux (Rimbaud/Ferré) et à l'énergie farouche pour une Etrangère (Aragon/Ferré) encore plus manouche qu'à l'origine.

Lavilliers chante Ferré, le 29 septembre à Gennevilliers, le 6 octobre à Avignon, le 8 à Bruxelles au Cirque royal, le 10 à Roubaix, le 13 aux Sables-d'Olonne, le 14 à Eysines, le 21 à Toulouse, le 24 à l'Auditorium Maurice-Ravel à Lyon.

Véronique Mortaigne
Article paru dans l'édition du 28.09.06

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3246,36-817342@51-816210,0.html
avatar
Sandra
Maître d'honneur en topic
Maître d'honneur en topic

Féminin
Nombre de messages : 6574
Age : 34
Localisation : dans les bois
Activité : biologie
Points de pertinence : 595
Points de progression : 14581
Date d'inscription : 06/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: actualité musicale

Message  Sandra le Lun 16 Oct 2006 - 21:42

Henri Salvador fait sa "Révérence"

Le chanteur à la voix de velours sort "Révérence", un album enregistré en majorité au Brésil


Henri Salvador - DR



A 89 ans, Henri Salvador n'a rien perdu de sa fougue et de son rire tonitruand, mais c'est aussi sa voix de crooner, intacte, voire plus belle que jamais, qui force le respect.

Pour "Révérence", le monsieur qui a inspiré la création de la bossa-nova est retourné au Brésil pour enregistrer un disque délicat en forme de retour aux sources.

Depuis "Chambre avec vue" en 2000, Henri Salvador n'a pas seulement connu un retour en grâce inattendu. Ce disque de la renaissance lui a également permis de rompre avec son encombrante image de farceur aux tubes rigolards.

Et de renouer à la fois avec ses talents de crooner et avec la caresse d'une bossa nova mâtinée de jazz, ses premières amours.

Laure NARLIAN
Publié le 16/10 à 20:11



L'album du retour au Brésil



Pour "Révérence", Henri Salvador s'est entouré de la crème des musiciens brésiliens, collaborateurs des pointures de la bossa-nova, dont le pianiste Joao Donato.

Il y chante en duo par deux fois, en compagnie de Caetano Veloso, qui rêvait de travailler avec lui, sur "Cherche la rose", et avec Gilberto Gil pour une reprise de Jobim, "Tu sais je vais t'aimer" (Eu sei que vou te amar), dont les paroles de Vinicius de Moares ont été adaptées par Georges Moutstaki.

Si la majorité du disque a été enregistré au Brésil, Henri Salvador souhaitait aussi insuffler une couleur plus jazzy, plus big bang à son disque. Ce fut chose faite à Paris sur quatre titres, avec la collaboration de Michel Coeuriot, arrangeur notamment des derniers Voulzy et Souchon.

Mais au fait, Révérence signifie-t-il que ce disque est le dernier ? Si vous le demandez à Henri Salvador, son rire tonitruant sera sans doute la première réponse. Pas question de lâcher l'affaire côté disque, ajoutera-t-il. Puis il précisera que vu son grand âge, la tournée allégée durant laquelle il défendra ce disque pourrait bien en revanche être la dernière. Qu'on se le dise!



Un disque au charme suranné




"Révérence", composé à majorité de caresses fondantes, bossa-nova ou doucement jazzy, alterne aussi avec de brusques montées d'énergies swing.

"Dans mon île", le premier single enregistré au Brésil, est emblématique de la facette première, langoureuse et rêveuse, de ce nouvel album. Composée par Henri Salvador en 1957, cette chanson est en effet célèbre pour avoir inspiré le mouvement de la bossa-nova au Brésil (voir encadré à ce sujet).

Un climat duveteux, ralenti, dont la mélancolie n'est pas absente, comme sur l'émouvant "Mourir à Honfleur".

Le nerveux "L'Amour se trouve au coin de la rue" dont les paroles sont signées Eddy Mitchell, mais aussi la reprise de Ray Charles "Alleluia ! Je l'ai dans la peau" enregistrée à New York avec Mino Cinellu, constituent l'autre versant du disque, plus allègre.

De prime abord, l'ensemble apparaît un peu tiède et lisse, aucune chanson n'émergeant véritablement du lot. Pourtant, peu à peu, l'oreille se laisse gagner par cette douceur câline et le charme opère.

Toutefois, comme son prédécesseur, le disque souffre indéniablement de la comparaison avec l'album de sa renaissance en 2000, "Chambre avec vue". La surprise ne joue plus. Et Keren Ann et Benjamin Biolay ne sont plus là pour insuffler une modernité respectueuse à l'ensemble.

"Révérence" ne réussira donc sans doute pas le cross-over monumental de "Chambre avec vue". Mais si le jeune public s'affaire ailleurs, parions que les seniors, eux, seront une fois de plus sous le charme de cette douceur aux parfums légèrement surannés.



Salvador, précurseur de la Bossa-nova

Henri Salvador, qui développe depuis trois albums une forte tonalité bossa nova, n'est pas étranger à ce style musical brésilien né dans les années 60 avec des artistes comme Antonio Carlos Jobim, Caetano Veloso, Chico Buarque et Maria Bethania.

Il en est même une figure majeure. Antonio Carlos Jobim considère en effet Henri Salvador et son morceau "Dans mon île" (arrivé en 1957 au Brésil via un documentaire italien Europa di Notte d'Alessandro Blasetti) comme l'une des influences majeures de cette révolution musicale.

"Voilà ce qu'il faut faire" s'était alors dit Carlos Jobim, raconte Henri Salvador dans VSD. "Ralentir le tempo de la samba et mettre une jolie mélodie et de beaux accords dessus. Donc, je suis à l'origine de la bossa-nova sans l'avoir voulu."

Le président brésilien Lula et son ministre de la Culture Gilberto Gil lui ont d'ailleurs rendu hommage l'an passé en le décorant de la croix de l'Ordre du mérite brésilien pour "avoir fait progresser la musique brésilienne".



Déclarations choisies

(...)



Henri Salvador en dates clés

(...)

http://musique.france3.fr/actu/25071128-fr.php

_________________
:: Être libre c'est choisir.
avatar
Sandra
Maître d'honneur en topic
Maître d'honneur en topic

Féminin
Nombre de messages : 6574
Age : 34
Localisation : dans les bois
Activité : biologie
Points de pertinence : 595
Points de progression : 14581
Date d'inscription : 06/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: actualité musicale

Message  Sandra le Dim 22 Oct 2006 - 12:36

La Fiesta des Suds bat son plein

La Fiesta des Suds a débuté vendredi 20 et se poursuit jusqu'au 31 octobre à Marseille


Ambiance latina à la Fiesta des Suds - France 2



La soirée d'ouverture a été marquée par le tango électro de Gotan Project et par la venue de la toujours très attendue Césaria Evora. Samedi, c'était au tour de la Nigériane Ayo, et de Jerho, de faire leurs preuves.

Grand Corps Malade (le 26), Coldcut (27), Cheb Mami (le 28) et les Wampas (31) sont quelques unes des têtes d'affiches programmées.

Pour sa 15e édition, la Fiesta des Suds a inauguré un nouveau lieu sur le port, le Hangar à Sucres, à quelques mètres de l'ancien dock des Suds parti l'an dernier en fumée dans un incendie provoqué par la foudre.

Des salles de spectacles, plusieurs bars et restaurants, une salle d'exposition et une boîte de nuit accueillent les noctambules lors de cette Fiesta, autant destinée aux amateurs de musique qu'à tisser et entretenir les liens sociaux.

"Dans une ville qui manque de lieux de sorties nocturnes, on s'y retrouve, on discute, on boit des verres, on se drague. Cette fête, pour les Marseillais, c'est un peu comme la feria à Nîmes", affirme Bernard Aubert, le directeur artistique de la Fiesta.

D'une surface totale de 6.000 mètres carrés, le nouveau dock disposera à terme d'une salle de 3.500 places contre 2.400 maximum précédemment et d'une autre de 1.000 places, avec une acoustique mieux adaptée. Mais la plus grande n'ayant pu prête à temps pour l'édition 2006, une tente est dressée à l'extérieur pour absorber le flot des spectateurs des gros concerts.

La Fiesta des Suds a attiré 60.000 personnes en 2005 et les organisateurs assurent que le public vient de plus en plus loin et rajeunit.

"On a ouvert la programmation aux musiques électroniques, au rock, dans une tentative de ne pas enfermer les musiques du monde dans un cocon et de se faire côtoyer les publics", dit M.Aubert qui décide par exemple de programmer Coldcut, un groupe qui plaît aux plus âgés, le même soir que du hip-hop."

Voir le site de La Fiesta des Suds

LN
Publié le 22/10 à 00:01

http://musique.france2.fr/actu/25396232-fr.php

_________________
:: Être libre c'est choisir.
avatar
Sandra
Maître d'honneur en topic
Maître d'honneur en topic

Féminin
Nombre de messages : 6574
Age : 34
Localisation : dans les bois
Activité : biologie
Points de pertinence : 595
Points de progression : 14581
Date d'inscription : 06/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: actualité musicale

Message  Sandra le Jeu 21 Juin 2007 - 12:47



Aujourd'hui 21 juin, fêtons la musique !

guitariste hamster dansant hamster dansant hamster dansant






_________________
:: Être libre c'est choisir.
avatar
Sandra
Maître d'honneur en topic
Maître d'honneur en topic

Féminin
Nombre de messages : 6574
Age : 34
Localisation : dans les bois
Activité : biologie
Points de pertinence : 595
Points de progression : 14581
Date d'inscription : 06/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: actualité musicale

Message  Sandra le Lun 20 Oct 2008 - 23:43

Revoilà AC/DC !







Après huit années de « silence », AC/DC revient et effectue la tournée mondiale de présentation de son nouvel album, Black Ice. Le groupe se produira notamment le 25 février 2009 au Palais omnisport de Paris Bercy. Black Ice se trouve en vente.

Les titres sont :
Rock 'n Roll Train, Skies On Fire, Big Jack, Anything Goes, War Machine, Smash N Grab, Spoilin' For A Fight, Wheels, Decibel, Stormy May Day, She Likes Rock N Roll, Money Made, Rock N Roll Dream, Rocking All The Way, Black Ice.
Le menu est dans le style du Back in Black de 1980.




_________________
:: Être libre c'est choisir.
avatar
Sandra
Maître d'honneur en topic
Maître d'honneur en topic

Féminin
Nombre de messages : 6574
Age : 34
Localisation : dans les bois
Activité : biologie
Points de pertinence : 595
Points de progression : 14581
Date d'inscription : 06/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: actualité musicale

Message  Pandinette le Ven 17 Avr 2009 - 0:26

@Sandra a écrit:Bernard Lavilliers aborde l'écueil Ferré

LE MONDE | 27.09.06 | 16h19 • Mis à jour le 27.09.06 | 16h19


Le chanteur Bernard Lavilliers en concert au Nice Jazz Festival, le 21 juillet 2005.
AFP/PASCAL GUYOT



En interprétant l'intégrale des chansons de Georges Brassens, Maxime Le Forestier avait inventé un jeu : tout chanter, avec une guitare, sans chichis ni ordre, après un tirage au sort agile opéré par le public. Bernard Lavilliers n'a pas choisi ce cours délicieux et ludique pour aborder l'oeuvre de Léo Ferré, qui se prête peu au butinage. Ferré, selon Lavilliers, c'est du sérieux. Du politique et de la révolution. Le Forestier chaussait ses lunettes de vue pour tourner les pages de son encyclopédie Brassens. Lavilliers force sur le cuir et les ors, anneau à l'oreille, pantalon noir. Vingt-trois chansons, poèmes et récitations : le voyage qu'il propose serpente dans les différentes périodes du maître, sans souci de chronologie, si ce n'est la proposition initiale, La Vie d'artiste, composée en 1950 (poème de Francis Claude).

Le Forestier chantait Brassens dans la petite salle de L'Européen, à Paris, avant d'assurer des dizaines de dates. Lavilliers a chanté Ferré une seule soirée parisienne, en grande pompe, au Théâtre du Châtelet, le 25 septembre, avec un orchestre symphonique. Avant une tournée de huit concerts. Lavilliers chante Ferré réunit dans la salle deux tribus parfois désunies : les amoureux de Léo Ferré et les inconditionnels de l'auteur de Fensch Vallée. Ce récital est l'aboutissement d'une longue série d'hommages à Léo Ferré rendus par Lavilliers - dans les festivals (La Rochelle, Bourges), et ses concerts où Poètes... vos papiers et Est-ce ainsi que les hommes vivent sont devenus des rendez-vous attendus.

LA VOIX N'Y SUFFIT PAS

Il y aura donc ici les grands succès (Avec le temps, La "the" Nana, Merde à Vauban, C'est extra), les textes fleuves (La Mémoire et la Mer, Franco la Muerte) ou encore Comme à Ostende, Le Temps du tango, magnifiquement habillés par l'Orchestre symphonique Pasdeloup. Au commencement, le roi est nu : seul avec un pianiste (Xavier Tribolet, qui reprend ensuite toutes sortes de claviers) pour les cinq premiers morceaux. La voix, grave, de Lavilliers n'y suffit pas. Il est perdu, sans sud, dans une âpreté mélancolique qui accepte mal l'exotisme et la rythmique rock. Les mélodies très particulières, à la fois linéaires et serpentines, que Ferré interprétait d'une voix vibrante, plongent Bernard Lavilliers dans la perplexité. Les mots sortent mal, la diction s'emprunte dans les cabotinages.

Neuf autres chansons sont livrées en quartet (Xavier Tribolet avec Vincent Faucher à la guitare, Gil Gimenez à la batterie et l'excellent Thierry Fanfant à la contrebasse), le reste avec l'Orchestre Pasdeloup, que Ferré lui-même avait dirigé en 1975. Ainsi entouré, Lavilliers reprend ses marques, revenant au mambo pour Monsieur William (Caussimon/Ferré), au baroque pour Les Corbeaux (Rimbaud/Ferré) et à l'énergie farouche pour une Etrangère (Aragon/Ferré) encore plus manouche qu'à l'origine.

Lavilliers chante Ferré, le 29 septembre à Gennevilliers, le 6 octobre à Avignon, le 8 à Bruxelles au Cirque royal, le 10 à Roubaix, le 13 aux Sables-d'Olonne, le 14 à Eysines, le 21 à Toulouse, le 24 à l'Auditorium Maurice-Ravel à Lyon.

Véronique Mortaigne
Article paru dans l'édition du 28.09.06

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3246,36-817342@51-816210,0.html




J'adore.
avatar
Pandinette
pandi panda

Féminin
Nombre de messages : 86
Age : 38
Localisation : dans le Massif central
Activité : militante avec comme frère de combat l’abbé Pierre
Loisirs : la marche
Points de pertinence : 42
Points de progression : 31846
Date d'inscription : 26/03/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: actualité musicale

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum