actualité journalistique

Page 25 sur 25 Précédent  1 ... 14 ... 23, 24, 25

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

articles

Message  Sandra le Mer 5 Jan 2005 - 10:18

Rappel du premier message :

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3222,36-392949,0.html
Le procès Pinochet


Dernière édition par le Mer 25 Avr 2007 - 19:24, édité 2 fois
avatar
Sandra
Maître d'honneur en topic
Maître d'honneur en topic

Féminin
Nombre de messages : 6574
Age : 34
Localisation : dans les bois
Activité : biologie
Points de pertinence : 595
Points de progression : 14561
Date d'inscription : 06/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas


Re: actualité journalistique

Message  Sandra le Lun 2 Avr 2007 - 2:28

Malgré le plan de sécurisation
Toujours plus de morts en Irak


(Lundi 02 Avril 2007)

Malgré la montée en puissance des forces irakiennes et américaines sur le terrain, le nombre de tués en Irak a augmenté de 15% en mars, avec plus de 2 000 civils, militaires et policiers morts durant ce mois. Le nombre de morts en mars s’est élevé à 2 078 précisément, soit une hausse de 15,06% par rapport à février, a annoncé, hier, le ministère de la Défense.





En tout, 1 869 civils, 165 policiers et 44 soldats ont péri, selon le bilan du ministère qui dit prendre en compte ces chiffres ainsi que ceux des ministères de la Santé et de l’Intérieur. Au mois de février, 1 646 civils, 131 policiers et 29 soldats avaient perdu la vie pour un total de 1 806 personnes tuées. En moyenne, 67 personnes ont été tuées chaque jour en mars contre 64 en février.
Ces violences ont fait également en mars 2 719 blessés parmi les civils contre 2 701 (bien : 2 701) en février. Toujours selon le ministère de la Défense, le nombre de terroristes présumés tués est, en revanche, en baisse, passant de 586 en février à 481 en mars.
Le nombre d’arrestations de “terroristes et suspects” connaît toutefois une hausse vertigineuse passant de 1 921 en février à 5 664 en mars. Selon un décompte de l’AFP à partir des chiffres du Pentagone, 85 soldats ou personnels assimilés américains sont, par ailleurs, décédés en mars. Les violences n’épargnent même pas les responsables politiques. Hier, un influent député sunnite, Omar Abdoul Sattar, est sorti indemne d’un attentat à Bagdad, qui a blessé deux de ses gardes, selon des sources de sécurité. Ces hausses ont été enregistrées en dépit d’un plan de sécurité, lancé le 14 février, pour sécuriser Bagdad ravagé par les violences qui ont fait 16 000 morts en 2006, selon les Nations unies.

http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=74796

Sandra
Maître d'honneur en topic
Maître d'honneur en topic

Nombre de messages : 6574
Date d'inscription : 06/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: actualité journalistique

Message  Sandra le Lun 2 Avr 2007 - 21:35

Buffet recommande
le "vote de courage"


NOUVELOBS.COM | 02.04.2007 | 11:08

Lors d'un grand meeting à Paris-Bercy, la candidate communiste a appelé les électeurs de gauche à se détourner du "renoncement" et du "vote utile".


A 20 jours du premier tour, la candidate du Parti Communiste, Marie-George Buffet, s'est offert Bercy hier, la plus grande salle de spectacle parisienne.



La candidate communiste Marie-George Buffet a appelé dimanche 1er avril les électeurs de gauche à se détourner du "renoncement" et du "vote utile" représenté par Ségolène Royal pour lui préférer le "vote de courage" en faveur d'une "gauche qui affirme fièrement ses valeurs et ses combats".

"Pour vraiment battre Sarkozy, il faudra vraiment opposer à son projet une vision tout à fait alternative pour la France", a-t-elle affirmé. "Il faut une gauche qui porte juste ses idées de solidarité, de fraternité et de liberté", a-t-elle demandé, critiquant la candidature socialiste "qui déporte à droite tout l'échiquier politique" et représente "le triomphe des tenants de l'ordre établi".

Lors d'un grand meeting au palais omnisport de Paris-Bercy, la dirigeante communiste a rappelé aux quelque 15.000 militants réunis qu'ils avaient, le 21 avril 2002, "sanctionné la gauche parce qu'elle avait finalement cédé à la pression des idées libérales et donc qu'elle avait déçu".




La candidate communiste a du reprendre à plusieurs reprises son discours interrompu par des "Marie-George présidente !"



Retraite à 60 ans

A vingt jours du premier tour de l'élection présidentielle, elle s'est en revanche présentée comme porteuse "du vrai changement" à gauche. "Il nous reste trois semaines (...) pour convaincre que ce n'est pas en réfrénant ses ambitions, mais en les exprimant, haut et fort, que tout pourra changer". Dans les sondages, sa candidature est généralement créditée de 2% à 3% seulement.

Reprenant les propositions-phare de son programme, Marie-George Buffet a prôné la retraite "pleine et entière à soixante ans", la revalorisation du SMIC à 1.500 euros ou encore le recrutement de 150.000 enseignants en cinq ans. Elle a proposé d'aller "vers l'éradication du chômage" par la mise en place de "la sécurité d'emploi ou de formation" sur le modèle de la sécurité sociale.

La candidate communiste a également défendu la refondation des institutions, appelant de ses voeux l'élection d'une assemblée constituante chargée de modifier la Constitution pour "réduire les pouvoirs du président et accroître ceux du Parlement", qui serait élu à la proportionnelle.

"Refondation de l'Union européenne"

En matière internationale, elle a bien sûr renouvelé son engagement de retirer la signature française du traité constitutionnel européen rejeté par le référendum. Pour Marie-George Buffet, "la France peut jouer un rôle majeur" dans la "refondation de l'Union européenne".

La responsable communiste a également sévèrement critiqué la droite et notamment François Bayrou et Nicolas Sarkozy, qu'elle a attaqué sur son bilan. "Comment ne pas être anti-Sarko lorsqu'on voit son bilan au ministère de l'Intérieur", a-t-elle demandé, dénonçant un "échec complet dans la lutte contre les violences". "Son bilan, c'est cette chasse aux voix de l'extrême droite qui laisse Le Pen goguenard, si heureux de voir conjuguer enfin sa France du rejet, sa France des replis".

"La France de Sarkozy n'est pas la nôtre", a-t-elle ajouté, parce qu'"il n'y a pas à droite des gens qui aiment la France et à gauche d'autres qui ne l'aimeraient pas". "La France que nous aimons, c'est celle qui n'acceptera jamais l'idée qu'il serait daté de s'engager pour le progrès social", a lancé Marie-George Buffet à l'assistance qui lui a répondu en agitant ses drapeaux rouges. A la fin de son discours d'un peu plus d'une heure, les militants ont chanté, le poing levé, "La Marseillaise" puis "L'Internationale", qui a eu beaucoup plus de succès. (AP)

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20070402.OBS0125/buffet_recommandele_vote_de_courage.html

_________________
:: Être libre c'est choisir.
avatar
Sandra
Maître d'honneur en topic
Maître d'honneur en topic

Féminin
Nombre de messages : 6574
Age : 34
Localisation : dans les bois
Activité : biologie
Points de pertinence : 595
Points de progression : 14561
Date d'inscription : 06/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: actualité journalistique

Message  Sandra le Mar 3 Avr 2007 - 3:54

Le parlement ukrainien rejette le décret de dissolution

02.04.07 | 22h42
KIEV (Reuters)


Des milliers de personnes ont défilé dans les rues de Kiev (AP)



Le parlement ukrainien a estimé lundi que le décret présidentiel de dissolution annoncé dans la soirée ressemblait à une tentative de coup d'Etat.

Une résolution approuvée en session d'urgence proclame que le décret signé par le président Viktor Iouchtchenko "porte tous les signes d'un pas franchi en direction d'un coup d'Etat".

Le texte voté au parlement interdit en outre au Premier ministre Viktor Ianoukovitch, adversaire du chef de l'Etat, de débloquer les fonds nécessaires au financement de la campagne électorale.

Deux heures plus tôt, le président ukrainien Viktor Iouchtchenko avait annoncé à la télévision avoir signé le décret de dissolution du parlement, convoquant des élections législatives anticipées.

http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-30375466@7-37,0.html

_________________
:: Être libre c'est choisir.
avatar
Sandra
Maître d'honneur en topic
Maître d'honneur en topic

Féminin
Nombre de messages : 6574
Age : 34
Localisation : dans les bois
Activité : biologie
Points de pertinence : 595
Points de progression : 14561
Date d'inscription : 06/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: actualité journalistique

Message  Sandra le Dim 8 Avr 2007 - 2:36

Iouchtchenko ne reviendra pas sur la dissolution du parlement

KIEV


Des partisans du Premier ministre pro-russe Viktor Ianoukovitch manifestent à Kiev, le 7 avril 2007



Le président ukrainien Viktor Iouchtchenko a déclaré samedi qu'il ne reviendrait pas sur sa décision de dissoudre le parlement, qu'il a qualifiée de "légitime", et a promis qu'il n'y aurait pas de "confrontation civile", dans un discours à l'occasion de Pâques.

"Ma décision est légitime et constitutionnelle, et il n'y aura pas de retour en arrière", a déclaré le président ukrainien dans un discours prononcé dans l'église de Sainte Sophie à Kiev et retransmis en direct par la télévision.

"Il n'y aura pas de confrontation civile et d'insécurité. Je le garantis. Les forces de l'ordre exécutent fermement les ordres du président", a-t-il assuré.

M. Iouchtchenko a estimé que la dissolution servirait de "vaccin contre la tyrannie et l'usurpation" du pouvoir dont il accuse régulièrement les pro-russes qui avaient grossi leurs rangs grâce aux renforts de députés d'opposition.

"Il faut respecter le choix du peuple. La démocratie dirigée (...) n'est pas faite pour l'Ukraine", a-t-il poursuivi.

Les députés de la coalition gouvernementale pro-russe contestent le décret du président et ont saisi la Cour constitutionnelle qui doit commencer l'examen de leur plainte la semaine prochaine. Entre-temps, des milliers de leurs partisans manifestent quotidiennement à Kiev.

M. Iouchtchenko a appelé les manifestants à ne pas descendre dimanche dans la rue et à rester "autour de la table de fête familiale".

Il a également rejeté l'idée d'une médiation internationale dans la crise ukrainienne, évoquée par le Premier ministre pro-russe Viktor Ianoukovitch.

"Nous trouverons nous-mêmes une solution à nos problèmes nationaux. Nous avons pour cela de l'expérience et la bonne volonté", a affirmé le chef de l'Etat.

http://www.romandie.com/infos/news/070407204404.qv2zpbcq.asp

_________________
:: Être libre c'est choisir.
avatar
Sandra
Maître d'honneur en topic
Maître d'honneur en topic

Féminin
Nombre de messages : 6574
Age : 34
Localisation : dans les bois
Activité : biologie
Points de pertinence : 595
Points de progression : 14561
Date d'inscription : 06/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: actualité journalistique

Message  Sandra le Lun 9 Avr 2007 - 23:28

Irak: des centaines de milliers de chiites scandent "Non à l'Amérique"

NAJAF (AFP) - 09 avril 2007 | 19H13

Des centaines de milliers de chiites ont scandé "Non à l'Amérique!" lundi à Najaf, au sud de Bagdad, à l'appel du mouvement du chef radical chiite Moqtada Sadr pour le quatrième anniversaire de la chute du régime de Saddam Hussein.


À la veille du quatrième anniversaire de la chute de Bagdad, un attentat a fait 18 morts et 26 blessés à Mahmoudiyeh, à une trentaine de kilomètres au sud de la capitale irakienne.



Agitant le drapeau irakien, les manifestants se sont rassemblés dans la matinée à Koufa avant de se rendre dans la ville sainte proche de Najaf, à 160 km au sud de Bagdad. Ils se sont dispersés sans incident dans l'après-midi.Dans Bagdad sous haute sécurité, où la statue de Saddam Hussein avait été déboulonnée le 9 avril 2003, marquant symboliquement la chute du régime, la circulation des voitures avait été interdite pendant 24 heures, pour prévenir les attentats à la voiture piégée.

A Najaf, la foule rassemblée pour protester contre la présence américaine criait "Non, non à l'Amérique. Oui, oui à la liberté". "Non, non à la dictature", "Nous mourrons mais n'abandonnerons pas".

Des drapeaux américains ont été brûlés alors que de nombreuses banderoles portaient des slogans hostiles aux Etats-Unis et au président Georges W. Bush comme "A bas Bush, A bas l'Amérique".

Des images de la télévision publique Iraqia, prises depuis un hélicoptère, montraient une marée humaine où flottaient des milliers de drapeaux irakiens.

Par endroits, des drapeaux américains et israéliens avaient été peints sur le sol afin d'être piétinés par la foule.

Cette manifestation était perçue comme une démonstration de force de Moqtada Sadr, qui n'a pas été vu en public depuis plusieurs mois et n'est finalement pas apparu.

Féroce adversaire des Américains, accusé d'attiser les violences en Irak, le jeune chef chiite est néanmoins à la tête d'un mouvement qui compte six ministères au sein du gouvernement d'union nationale, avec lequel les Etats-Unis travaillent en permanence.

Moqtada Sadr avait notamment fait combattre sa milice, l'armée du Mahdi, contre l'armée américaine en août 2004 à Najaf.

"En quatre ans d'occupation, nos fils ont été tués, nos femmes sont devenues veuves", affirmait Ahmed al-Mayahie, 39 ans, venu de Bassorah, la grande ville du sud de l'Irak.

"L'occupant dit que l'Irak a été libéré. Quelle liberté? Quelle libération? Il n'y a que de la destruction. Nous ne voulons pas de leur libération. Nous leur disons de quitter notre terre", ajoutait-il.

Pendant la manifestation, les organisateurs ont distribué un tract sur lequel était écrit: "Nous demandons aux peuples américain et d'Europe, qui sont des peuples qui aiment la paix et la liberté, de pousser leur gouvernement à arrêter la torture et à faire cesser les massacres".

"Cette foule est venue pour montrer son rejet de l'occupant et demander son départ", a affirmé le député sadriste Falah Hassan Chansil.

"Après quatre ans d'occupation, l'Irak n'a que du sang versé, mais pas de services publics, pas d'eau", a ajouté un autre député, Nasser al-Roubaie.

Des religieux sunnites, invités par les chiites, se trouvaient aux premiers rangs du rassemblement.

"Cette manifestation est un message d'amitié demandant à tous les Irakiens de s'unir sur un thème, le départ des occupants. Il nous faut être unis pour libérer notre terre du nord au sud", a affirmé depuis Bassorah un leader du Parti Islamique irakien, principale formation sunnite du pays, Abdoul Kadir al-Dayem.

Les Américains, par la voix du contre-amiral Mark Fox, porte-parole de l'armée, ne se sont pas offusqués des drapeaux brûlés: "C'était un rassemblement pacifique, ce qui est la marque d'une société démocratique. Les gens sont libres de manifester, tant qu'ils le font pacifiquement. Cela fait partie d'une société libre et ouverte, donc ça ne nous ennuie pas nécessairement".

A Diwaniyah, à environ 50 km de Najaf, les soldats irakiens et de la coalition "ont tué ou capturé plus de 60 terroristes" lors des affrontements qui les ont opposés depuis vendredi à des miliciens, la plupart membres de l'armée du Mahdi, selon une source de la coalition.

A Doura, dans le sud de Bagdad, une personne a été tuée et deux blessées par un obus de mortier.

http://www.tdg.ch/pages/home/tribune_de_geneve/info_express/monde/detail_monde/(contenu)/50658

_________________
:: Être libre c'est choisir.
avatar
Sandra
Maître d'honneur en topic
Maître d'honneur en topic

Féminin
Nombre de messages : 6574
Age : 34
Localisation : dans les bois
Activité : biologie
Points de pertinence : 595
Points de progression : 14561
Date d'inscription : 06/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: actualité journalistique

Message  Sandra le Mer 11 Avr 2007 - 2:46

Corée du Nord: Washington affirme que Macao a accepté de débloquer les fonds

WASHINGTON





Les Etats-Unis ont affirmé mardi que les autorités de Macao avaient accepté de débloquer les fonds nord-coréens gelés dans une banque de ce territoire chinois à statut spécial, comme le veut un accord de février sur la dénucléarisation de la Corée du Nord.

"Ce qui compte, c'est qu'ils ont débloqué ces comptes et autorisé les titulaires de ces comptes à retirer les fonds", a déclaré le porte-parole du département d'Etat, Sean McCormack.

"Le problème a été réglé, je pense, de l'avis de toutes les parties au négociations à six et nous verrons si les Nord-Coréens partagent cette opinion", a ajouté le porte-parole devant la presse.

Le Trésor américain avait fait état dans la nuit d'une solution en affirmant que les autorités de Macao étaient "prêtes à débloquer" les fonds.

Mais le gouvernement de Macao a ensuite publié sur son site internet un communiqué affirmant "attendre de toutes les parties concernées qu'elles parviennent aux arrangements appropriés et responsables".

Interrogé sur ce communiqué contredisant ses propos, M. McCormack a précisé que la porte-parole de l'Autorité bancaire de Macao, Wendy Au, avait fait ensuite une déclaration précisant que "les titulaires ou les parties autorisées peuvent venir à la banque et retirer ou effectuer des transactions avec leurs dépôts".

Le porte-parole a précisé que Mme Au avait ajouté que l'accord était "à effet immédiat".

Selon l'accord conclu en février dans le cadre de négociations multipartites avec la Chine, la Russie, le Japon, les Etats-Unis et la Corée du Sud, la Corée du Nord s'est engagée à fermer d'ici au 14 avril sa principale installation nucléaire, le site de Yongbyon, qui produit du plutonium, en échange d'une aide énergétique.

Mais Pyongyang a refusé d'agir avant de se voir effectivement restituer les 25 millions de dollars gelés, à la suite des accusations de blanchiment d'argent, dans une banque de Macao - territoire rétrocédé à la Chine par le Portugal en 1999, et maintenant région administrative à statut spécial, bénéficiant d'une large autonomie.

Une porte-parole de la Maison Blanche, Dana Perino, a parlé de "grand pas" vers la première étape de la dénucléarisation de la Corée du Nord et s'est dite confiante que Pyongyang utiliserait bien l'argent à des fins humanitaires.

"Au moment où la Corée du Nord approche de l'échéance (des 60 jours fixée pour fermer sa principale installation nucléaire), je pense que ce pas est un grand pas", a-t-elle dit.

Interrogée sur l'usage par Pyongyang des 25 millions, elle a jugé "important dans le contexte des discussions à six que (...) chacun agisse en toute bonne foi". "Nous avons reçu l'assurance que (cet argent) servira pour des raisons humanitaires et éducatives", a-t-elle dit.

Washington espère maintenant que la Corée du Nord va respecter son engagement à fermer son site nucléaire de Yongbyon d'ici à samedi.

"La balle est dans leur camp sur cette question", a-t-il déclaré.

Le porte-parole a cependant reconnu qu'avec seulement quatre jours restants avant l'expiration des 60 jours prévus, la fermeture du site de Yongbyon pourrait présenter des difficultés.

"On se heurte à la capacité technique de le faire en toute sécurité", a-t-il déclaré, refusant néanmoins d'évoquer un éventuel prolongement de la période prévue par l'accord.

"Nous verrons où nous en sommes samedi", s'est-il contenté de dire. "Tout le monde devrait agir de façon à respecter la date-limite".

Le négociateur américain aux discussions à six, Christopher Hill, se trouvait dans la région mardi, et pourrait rencontrer son homologue nord-coréen à Pékin d'ici la fin de la semaine, a indiqué M. McCormack.

10 avril 2007 22h02

http://www.romandie.com/infos/news/070410200211.o0bubkb9.asp

_________________
:: Être libre c'est choisir.
avatar
Sandra
Maître d'honneur en topic
Maître d'honneur en topic

Féminin
Nombre de messages : 6574
Age : 34
Localisation : dans les bois
Activité : biologie
Points de pertinence : 595
Points de progression : 14561
Date d'inscription : 06/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: actualité journalistique

Message  Sandra le Mer 11 Avr 2007 - 3:00

Afghanistan : dix tués dans des attaques des talibans

10/04/2007 15:45

Cinq membres des forces de sécurité afghanes et cinq insurgés ont péri dans des affrontements dans le sud de l'Afghanistan, dont une attaque dans la ville même de Kandahar, l'ancien bastion des talibans, a-t-on appris mardi auprès de sources officielles.


Les soldats canadiens disent adieu aux confrères tués dimanche en Afghanistan



Quatre talibans ont été tués dans au moins deux raids aériens contre une de leurs positions dans le district de Sangin, dans le nord de la province d'Helmand, selon un communiqué de la coalition dirigée par les Etats-Unis. Aucune victime civile n'a été enregistrée dans ce secteur où les forces internationales mènent depuis plus d'un mois une opération pour chasser les talibans.

Dans la province de Zaboul (sud), sur la route reliant Kandahar à Kaboul, quatre soldats ont été tués et 19 blessés, dont deux gravement, lors de l'attaque de leur convoi par des talibans, a déclaré le général Rahmatullah Raufi, commandant en chef de l'armée afghane pour le sud du pays. Les autres soldats blessés l'ont été «très légèrement» durant les combats qui ont duré trois heures, a-t-il relaté, sans pouvoir préciser le nombre de victimes dans les rangs des talibans.

Les talibans ont par ailleurs tendu une embuscade à un véhicule de la police dans la ville de Kandahar, provoquant la riposte des policiers. Un policier et un insurgé ont été tués dans la fusillade, a déclaré Esmatullah Alizai, chef de la police de Kandahar.

Les attaquants avaient effectué pour la première fois en février un raid au coeur de Kandahar, à proximité du quartier général de la force de l'Otan dans le sud du pays, contre un convoi militaire canadien. Kandahar était le centre de commandement des talibans au pouvoir de 1996 à 2001, et le mouvement intégriste a pris naissance dans cette région.

Depuis le début de l'année, un millier de personnes, en majorité des insurgés, ont été tuées dans les violences en Afghanistan, selon un bilan de l'AFP établi d'après les informations données par les forces internationales et les autorités afghanes.

LeVif.be avec Belga

http://www.levif.be/CMArticles/ShowArticle.asp?articleID=2531&sectionID=2

_________________
:: Être libre c'est choisir.
avatar
Sandra
Maître d'honneur en topic
Maître d'honneur en topic

Féminin
Nombre de messages : 6574
Age : 34
Localisation : dans les bois
Activité : biologie
Points de pertinence : 595
Points de progression : 14561
Date d'inscription : 06/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: actualité journalistique

Message  Sandra le Sam 14 Avr 2007 - 18:55

Accord nucléaire: "pas de raison d'être pessimiste"

PYONGYANG


Le vice-ministre nord-coréen des affaires étrangères Kim Kye Gwan le 19 mars 2007 à Pékin



La Corée du Nord a affirmé vendredi qu'"il n'y a pas de raison d'être pessimiste" sur l'accord multilatéral prévoyant l'arrêt de ses activités nucléaires et qu'elle respectera ses engagnements, à condition que les Etats-Unis lèvent d'abord leurs sanctions financières.

"Il n'y a pas de raison d'etre pessimiste. Nous serons fidèles a cet accord, du moins si les Américains en respectent les clauses", a déclaré à l'AFP à Pyongyang le vice-directeur du département européen du ministère des Affaires étrangères, Kim Son-gyong.

Aux termes de l'accord signé le 13 février à Pékin par les deux Corées, les Etats-Unis, la Chine, la Russie et le Japon, Pyongyang s'était engagé à arrêter son réacteur nucléaire de Yongbyon (nord) dans les soixante jours, en échange d'une importante aide énergétique.

Ce délai de soixante jours arrive à échéance vendredi à minuit.

Le régime de Pyongyang a également exigé des Etats-Unis qu'ils débloquent le plus vite possible des fonds gelés (25 millions de dollars) dans une banque de Macao, Banco Delta Asia (BDA), accusée par Washington d'avoir hébergé de l'argent sale nord-coréen.

Les Etats-Unis ont affirmé que cet argent avait déjà été débloqué, mais sa réception effective par les Nord-Coréens se fait attendre.

"Nous assumerons notre responsabilité à partir du moment où les 25 millions de dollars bloqués à Macao sont entre nos mains", a affirmé M. Kim dans une interview à l'AFP et au quotidien français Le Monde.

"Nous respecterons notre engagement tel qu'il est décrit dans l'accord du 13 février. Ni plus ni moins", a-t-il ajouté.

"Cela fait soixante jours aujourd'hui. A l'heure actuelle, l'argent n'est pas entre nos mains. Ce n'est qu'une déclaration orale (des Etats-Unis) nous en sommes encore au stade de la vérification. Mais il n'y a pas de raison d'être pessimiste", a assuré le haut responsable.

(©AFP / 13 avril 2007 12h36)

http://www.romandie.com/infos/news2/070413103656.6wdx60b2.asp

_________________
:: Être libre c'est choisir.
avatar
Sandra
Maître d'honneur en topic
Maître d'honneur en topic

Féminin
Nombre de messages : 6574
Age : 34
Localisation : dans les bois
Activité : biologie
Points de pertinence : 595
Points de progression : 14561
Date d'inscription : 06/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: actualité journalistique

Message  Sandra le Lun 16 Avr 2007 - 21:26

Large victoire du "oui" au référendum constitutionnel équatorien

16/04/2007 - 08h07


Photo: AFP/Rodrigo BUENDIA
Rafael Correa en file pour aller voter



Le président équatorien, Rafael Correa, a aisément remporté un référendum constitutionnel censé renforcer son emprise sur un Congrès perçu comme corrompu, selon les premiers résultats partiels.

Après dépouillement de 11% des bulletins dimanche, on dénombrait 83% de "oui" en faveur de la convocation d'une assemblée constituante chargée de réécrire la Constitution afin de rogner les pouvoirs du Congrès, accusé de nommer ses protégés dans les entreprises nationales et dans la magistrature.

"L'avenir était en jeu, le pays était en jeu et les Equatoriens ont dit oui à cet avenir", s'est réjoui Correa, homme de gauche et ami du président vénézuélien Hugo Chavez.

Correa veut que la nouvelle assemblée oblige les élus à passer davantage de temps dans leur circonscription et affaiblisse les partis traditionnels qui ont grandement contribué au renversement de trois présidents au cours de la dernière décennie.

Correa, qui fulmine fréquemment contre les investisseurs étrangers en menaçant d'arrêter de rembourser la dette, a annoncé que l'Equateur avait fini de rembourser le Fonds monétaire international et qu'il couperait désormais tout contact avec cette organisation.

Le vote est obligatoire en Equateur et le taux de participation de dimanche semblait aussi élevé que pour l'élection présidentielle de l'an dernier.

Correa adopte une tactique similaire à celle des autres chefs d'Etat de gauche de la région, Chavez et son homologue bolivien Evo Morales, qui ont eux aussi organisé des référendums peu après leur arrivée au pouvoir afin de consolider leur pouvoir.

INSTABILITE

Correa, qui ne dispose d'aucun député au Congrès, avait mis en jeu son mandat, en annonçant qu'il démissionnerait s'il n'obtenait pas un résultat satisfaisant.

La décision de Correa d'organiser un référendum n'est pas allée sans heurts dans un pays chroniquement instable où se sont succédé huit présidents en l'espace de dix ans.

Plus de la moitié des députés ont été démis de leurs fonctions par les autorités électorales voici un mois pour avoir tenté de faire avorter le projet référendaire du président. Une vingtaine d'entre eux ont affronté des policiers pour entrer dans l'enceinte du Congrès, sans succès.

Une nette victoire du "oui" devrait renforcer la position de Correa et lui permettrait de mettre en oeuvre plusieurs de ses réformes, tels que le non-renouvellement du bail pour une base militaire américaine, la renégociation de contrats pétroliers ou la restructuration de la dette nationale.

L'opposition, de son côté, craint que Correa ne s'arroge tous les pouvoirs à l'image du président vénézuélien Hugo Chavez.

Mais des analystes font remarquer que le paysage politique du pays pourrait avoir changé au moment où se tiendra l'élection de l'assemblé constituante, probablement en septembre.

De vieux adversaires de Correa, tels que l'ancien président Lucio Gutierrez, ne s'avouent pas vaincus.

Gutierrez a dû quitter le pouvoir à la suite de grandes manifestations, en 2005, mais il conserve une grande influence politique. Il s'est promis d'utiliser l'assemblée de 130 membres contre Correa.

"Je le vaincrai dans l'assemblée", a-t-il déclaré à la télévision équatorienne à l'annonce des résultats d'un sondage de sortie des urnes.

http://www.lepoint.fr/content/monde/article?id=178844

_________________
:: Être libre c'est choisir.
avatar
Sandra
Maître d'honneur en topic
Maître d'honneur en topic

Féminin
Nombre de messages : 6574
Age : 34
Localisation : dans les bois
Activité : biologie
Points de pertinence : 595
Points de progression : 14561
Date d'inscription : 06/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: actualité journalistique

Message  Sandra le Mer 18 Avr 2007 - 23:07

Tchétchénie: 21 rebelles tués depuis le début de l'année

11/4/2007 5:11
MOSCOU 11/04 (BELGA/AG)





Vingt-et-un rebelles ont été tués et 138 arrêtés depuis le début de l'année en Tchétchénie, dans le Caucase russe, par les forces de l'ordre, a indiqué mardi soir un représentant du ministère russe de l'Intérieur. "Nous menons un travail important de lutte contre les bandes clandestines. Depuis le début de l'année, nous avons arrêté 138 combattant et tué 21 autres", a déclaré Alexandre German, un des responsables pour le Caucase du nord, dans une interview publiée sur le site officiel du ministère de l'Intérieur. M. Guerman affirme que 106 rebelles ont déposé les armes pendant la même période. Les forces de l'ordre russes ont également saisi 127 armes à feu, plus de 40.000 munitions, 653 obus et mines, 338 grenades, 19 engins explosifs de fabrication artisanale et plus de 100 kilos d'explosifs. Les affrontements entre les forces de l'ordre, troupes fédérales ou locales, et des membres de la rébellion tchétchène restent fréquents, dans le sillage de la seconde guerre russo-tchétchène débutée fin octobre 1999, et ce malgré la mort du chef de guerre radical Chamil Bassaïev (annoncée en juillet 2006) ou de l'ancien président indépendantiste, Aslan Maskhadov (en mars 2005). (CAT) ./.

http://www.levif.be/belga/BelgaNieuws.asp?ArticleID=86711&SectionID=10

_________________
:: Être libre c'est choisir.
avatar
Sandra
Maître d'honneur en topic
Maître d'honneur en topic

Féminin
Nombre de messages : 6574
Age : 34
Localisation : dans les bois
Activité : biologie
Points de pertinence : 595
Points de progression : 14561
Date d'inscription : 06/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: actualité journalistique

Message  Sandra le Jeu 19 Avr 2007 - 23:34

Chiffres du chômage: les statisticiens sortent de leur réserve

PARIS (AFP) - 19/04/2007 16h07





Les statisticiens des services de l'emploi, dans une démarche sans précédent, ont manifesté jeudi pour demander que les chiffres du chômage ne soient pas publiés entre les deux tours de la présidentielle, en raison de la "confusion" et de "la sous-estimation" caractérisant ces données.

Une centaine de chargés d'études, chercheurs ou statisticiens se sont rassemblés à Paris devant la Direction générale du travail, à l'appel d'une intersyndicale des services statistiques de l'Emploi, a constaté une journaliste de l'AFP.

L'ensemble des syndicats de la direction recherche et statistiques du ministère de l'Emploi (Dares), plusieurs syndicats de l'Insee et de l'ANPE appelaient à ce mouvement inédit dans l'histoire du ministère de l'Emploi.

Les chercheurs des services statistiques des ministères sont normalement tenus à un devoir de réserve.

Pas de banderole, quelques fanions, autocollants syndicaux, un mégaphone donnaient sa couleur protestataire au rassemblement.

"Cette mobilisation, c'est pour que nos collègues restent crédibles", a souligné Julie Herviant (CGT Insee).

"A trois reprises, on a demandé à nos directions respectives de ne pas publier le chiffre du chômage, on nous a renvoyé dans nos buts, mais on essaye quand même: utiliser le taux de chômage tel qu'il est présenté, en disant +ça baisse, ça baisse, c'est nous les grands manitous qui avons résolu les problèmes d'emploi+, ce n'est pas honnête", a-t-elle déclaré.

"La décision de l'Insee de ne pas publier l'Enquête Emploi a provoqué la confusion", a-t-elle ajouté, en reprochant à sa direction d'"avoir paniqué" en reportant à l'automne, au lieu de mars, la publication de l'enquête.

Les premiers résultats de l'Enquête Emploi montrent plutôt une stagnation du taux de chômage l'an dernier, à 9,8% en moyenne annuelle.

La majorité sortante affirme au contraire avoir ramené le taux de chômage à 8,4% en février 2007, sans changer le baromètre, du jamais vu depuis près de 25 ans.

Tant que l'enquête Emploi de l'Insee n'est pas publiée, le baromètre mensuel officiel du chômage (calculé par commodité à partir des listes ANPE) reste une estimation.

Pour l'Insee, le taux de réponses à l'Enquête Emploi 2006 était insuffisant, ce qui justifie un report.

Pour les manifestants, il n'y a aucune raison de ne pas l'utiliser, puisque Eurostat, l'office européen de statistiques, s'en est servi pour relever les taux français sur plusieurs mois, et notamment à 8,8% pour le mois de février, contre 8,4%.

"Le problème, c'est l'utilisation éhontée d'un chiffre faux", s'étranglait jeudi une fonctionnaire de la Dares dans la petite foule anonyme des manifestants.

"On a un rôle démocratique. Si les gens ne sont pas informés, ils ne peuvent pas faire des choix valables", enrageait un autre.

Pour lui, la ligne jaune a été franchie dans "la collusion" entre la direction de la Dares et le gouvernement.

La polémique durant depuis plusieurs mois, Jean-Louis Borloo, le ministre de l'Emploi, dénonce le jeu "d'une quinzaine de manipulateurs".

Pour lui, le chômage a baissé, les comptes de l'assurance chômage sont sortis du rouge, quelque 200.000 emplois salariés ont été créés en 2006 et les cotisations au régime des indépendants ont augmenté.

"Ce n'est pas parce qu'il y a une hausse de l'emploi, qu'il y a une baisse du chômage, même si cela paraît logique", expliquent plusieurs chercheurs de la Dares. "En réalité, il faudrait créer plus d'emplois pour faire baisser le chômage car la population active augmente, faiblement, mais quand même".

http://www.tv5.org/TV5Site/info/article-Chiffres_du_chomage__les_statisticiens_sortent_de_leur_reserve.htm?idrub=3&xml=070419160744.0a95whvx.xml

_________________
:: Être libre c'est choisir.
avatar
Sandra
Maître d'honneur en topic
Maître d'honneur en topic

Féminin
Nombre de messages : 6574
Age : 34
Localisation : dans les bois
Activité : biologie
Points de pertinence : 595
Points de progression : 14561
Date d'inscription : 06/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: actualité journalistique

Message  Sandra le Dim 22 Avr 2007 - 12:43

VENEZUELA - SOMMET DE L'ENERGIE
Ethanol : Chavez prend position


mercredi, 18 avril 2007

Le Vénézuela, gros producteur d'or noir, défend la solidarité pétrolière. Hugo Chavez souhaite une réconciliation avec le Brésil, exportateur d'éthanol, après le désaccord qui les opposaient mardi.

mercredi, 18 avril 2007
Par AFP


Les présidents Hugo Chávez et Luis Inacio Lula da Silva, avec leurs homologues du Paraguay, Nicanor Duarte, et de Bolivie, Evo Morales, ont posé la première pierre du plus moderne complexe pétrochimique de la région, confié aux entreprises Pequiven, du Venezuela, et Braskem, du Brésil.



Sommet sud-américain: consensus pour garantir les approvisionnements en énergie

Les présidents sud-américains, réunis mardi au Venezuela pour un premier "sommet de l'énergie", ont enterré la hache de guerre sur l'éthanol et sont tombés d'accord pour élaborer un système garantissant les approvisionnements en énergie à l'échelle régionale.


Rassemblés sur l'île de Margarita, ils ont donné un nouvel élan à la Communauté sud-américaine des nations, regroupant les plus grands pays du sud du continent (Argentine, Brésil, Chili, Colombien, Bolivie, Equateur, Paraguay, Pérou, Uruguay, Venezuela), qu'ils ont rebaptisée Union des Nations Sud-Américaines (UNASUR).
Les neuf chefs d'Etat et le vice-président uruguayen présents ont doté cette entité d'un secrétariat permanent installé à Quito qui devra, selon l'hôte du sommet le président vénézuélien Hugo Chavez, "incorporer des mouvements sociaux" afin de favoriser une intégration soucieuse de réduire la pauvreté et les déséquilibres économiques.


Le sommet a permis d'apaiser un début de polémique entre Brasilia et Caracas sur l'éthanol, dont le Brésil est premier producteur et exportateur mondial et pour le développement duquel le président Lula a conclu en mars une alliance stratégique avec le président américain George W. Bush.
M. Chavez a calmé le jeu en disant qu'il ne visait pas le Brésil par ses récentes critiques contre ce bio-combustible mais les Etats-Unis pour leur volonté d'utiliser un aliment comme le maïs afin de "nourrir des automobiles", sous peine de provoquer des pénuries dans les pays pauvres.

Le bouillant chef d'Etat vénézuélien a avoué que son pays développait des politiques dans ce domaine et comptait importer de l'éthanol brésilien, produit à base de canne à sucre.


Lors du sommet, un Conseil de l'énergie (au niveau des ministres) a été créé pour élaborer un "traité de l'énergie régional" devant garantir à la région, selon M. Chavez, "un système de production et de distribution sûr" à partir des ressources disponibles en pétrole, gaz et hydro-énergie, en énergies alternatives (bio-combustibles, éolienne, solaire), grâce aux économies d'énergie.
L'autre grand dossier était le projet pharaonique de "Gazoduc du Sud", devant relier le Venezuela, le Brésil, la Bolivie, la Colombie ainsi que l'Uruguay, le Paraguay et l'Argentine sur 8.000 kilomètres de long et nécessitant 20 milliards de dollars d'investissements.


Ce projet bénéficie notamment de l'appui du Brésil, gros consommateur de gaz, du Venezuela et de la Bolivie, qui possèdent respectivement les premières et deuxièmes réserves en gaz de la région, et de l'Argentine, elle aussi à la tête d'importants gisements.
Le patron du groupe semi-public brésilien Petrobras, Sergio Gabrielli, a toutefois déclaré à l'AFP que le gazoduc n'était que dans une "phase préliminaire" d'études de tracé et de financement.

L'énorme coût, la complexité technique et l'impact sur l'environnement d'un ouvrage gigantesque qui traversera l'Amazonie, ont suscité le scepticisme des certains milieux industriels et politiques.

Le président vénézuélien a défendu la viabilité du "Gazoduc du Sud", soulignant que la demande en gaz augmentera de 62% à l'échelle mondiale sur les 15 prochaines années et de 127% en Amérique latine. Un tronçon entre le Venezuela et le Brésil a été lancé en janvier et la Colombie espère d'ici août initier une autre branche jusqu'à la ville vénézuélienne de Maracaïbo.

M. Chavez a rencontré toutefois moins de succès avec son projet d'"OPEP du gaz": la Bolivie et l'Argentine ont entériné leur adhésion à l'Oppegasur, mais le Brésil a critiqué le principe d'une "ségrégation entre producteurs et consommateurs".

http://www.france24.com/france24Public/fr/nouvelles/economie/20070418-sommet-chavez-.html

_________________
:: Être libre c'est choisir.
avatar
Sandra
Maître d'honneur en topic
Maître d'honneur en topic

Féminin
Nombre de messages : 6574
Age : 34
Localisation : dans les bois
Activité : biologie
Points de pertinence : 595
Points de progression : 14561
Date d'inscription : 06/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: actualité journalistique

Message  Sandra le Dim 22 Avr 2007 - 15:02

Dimanche 22 Avril 2007 - Mise à jour : 13h55

Vers une participation record





Record de participation en vue. A midi, pour le traditionnel point d’étape à un tiers de la journée électorale, le taux de participation atteignait 31,21% en métropole, pour le premier tour de l'élection présidentielle, contre 21,4% au premier tour de 2002, selon le ministère de l'Intérieur. C'est la confirmation dans les urnes que la campagne électorale a réellement passionné les Français.

«C’est surprenant. Je n’ai jamais vu ça en 20 ans. Ça fait plaisir». Eléazar Bafounta, président du bureau de vote n°1 de l’Hôtel de Ville de Vénissieux (Rhône), n’en revient toujours pas de voir une centaine de personnes faire la queue pour voter ce dimanche midi. «Il y a beaucoup de jeunes que je n’ai jamais vus, ils viennent en groupe pour voter, c’est nouveau», ajoute son assesseur Fatima Ninati, qui tient ce bureau de vote depuis 10 ans.

Dans les autres régions, le constat est le même : la queue dans les bureaux de vote. Dans le Pas-de-Calais, 25,99% des électeurs s’étaient déjà déplacés à 11h45 contre 20,80 % en 2002 même heure. Dans le Nord, le premier département français en nombre d'électeurs, la participation est en hausse de 10 points (28,99% contre 18,5% en 2002).

Bonne participation dans les deux départements alsaciens, où les queues devant les urnes étaient fréquentes ce matin, notamment à Strasbourg. Le taux de participation était de 28,10% dans le Bas-Rhin, contre 20,39% en 2002 à la mi-journée. Dans le Haut-Rhin, il était de 29,20%, contre 19,90% il y a 5 ans. Jean-Marie Le Pen était sorti en tête du scrutin lors du premier tour des dernières présidentielles, avec 23,44% des voix.

Au centre de vote de l'école de la rue de Marseille, en plein cœur du Paris bobo, une file d'attente rarement vue à 11h. Des jeunes, des vieux, des gamins qui patientent tant bien que mal. Mais les Parisiens ont le sourire: il fait beau, ils vont voter, ils se font des amabilités: «vous pouvez me garder la place, je ne sais plus dans quel bureau je suis, dit l'une au couple qui la suit dans la queue». Les assesseurs aussi, puisqu'il s'organisent pour aiguiller les citoyens vers les deux bureaux de l'école. Idem rue Chapon dans le 3e arrondissement de la capitale où les organisateurs envisageaient même de fermer l'accès au bureau de vote et de filtrer les électeurs à l'extérieur. A 11h30, la participation dans la capitale enregistrait une hausse de de 4 points par rapport à 2002: 24,56% contre 20,35 en 2002.

Mais le record est atteint dans le Sud-Ouest : 38,69% de participation à 12h contre 23,62% en 2002 en Haute-Garonne et pour la région Midi-Pyrénées 36,60% contre 27,89% en 2002.

Du jamais vu ou presque. Il faut en effet remonter à 1981 pour retrouver un tel niveau de participation (25,9%), et donc supérieur à 1995 (23%) et 1988 (27,1%).

Au premier tour de 2002, la participation de mi-journée avait été une des plus faibles jamais enregistrées pour une présidentielle. Le scrutin du 21 avril 2002 s'était d'ailleurs soldé par un très fort taux d'abstention: 28,4%, le record pour un premier tour.

A Vénissieux, certains ont même décidé de rebrousser chemin en voyant la file. «On reviendra plus tard quand il y aura moins de monde».

http://www.20minutes.fr/article/153289/20070422-Politique-Vers-une-participation-record.php

_________________
:: Être libre c'est choisir.
avatar
Sandra
Maître d'honneur en topic
Maître d'honneur en topic

Féminin
Nombre de messages : 6574
Age : 34
Localisation : dans les bois
Activité : biologie
Points de pertinence : 595
Points de progression : 14561
Date d'inscription : 06/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: actualité journalistique

Message  Sandra le Lun 23 Avr 2007 - 12:45

A la gauche du PS, les candidats victimes du "vote utile"

LEMONDE.FR | 23.04.07 | 10h18 • Mis à jour le 23.04.07 | 10h50





Amertume à la gauche du Parti socialiste. Les six candidats en lice totalisent un score de 10,88 %, un score particulièrement faible au regard de celui de 2002. Victimes des appels répétés au "vote utile" en faveur du Parti socialiste, l'extrême gauche et les Verts paient aussi le prix de leurs divisions.

La LCR tire son épingle du jeu. En rééditant son score de 2002, Olivier Besancenot point à la cinquième place (4,28 %), dans un contexte difficile pour la gauche de la gauche. Sa ligne d'indépendance vis-à-vis du Parti socialiste a séduit l'électorat d'extrême gauche. Dimanche soir, il a appelé à "battre cette droite brutale dans la rue et dans les urnes". Une manière pudique d'appeler à voter pour Ségolène Royal, sans prononcer son nom. La LCR se place ainsi en leader de la gauche antilibérale et se voit bien en centre névralgique de la recomposition à gauche du PS. La direction de la LCR, qui a refusé toute initiative unitaire, se dit confortée dans sa stratégie et affirme vouloir présenter des candidats dans le plus grand nombre de circonscriptions possibles pour les législatives.



Déroute au Parti communiste. Avec 1,92 % des voix, le PCF obtient le score le plus bas de son histoire. Le positionnement de Marie-George Buffet, rassembler au-delà du Parti communiste, est un échec. Dans l'électorat communiste, la peur de 2002 a attisé le réflexe du "vote utile". Dimanche soir, à la télévision, c'est Robert Hue, le candidat à la présidentielle de 2002, qui, le premier, a représenté le PCF sur les plateaux de télévision. Un signe d'un changement de stratégie. Contrairement à Mme Buffet, qui souhaitait organiser un rassemblement avec la gauche du "non", M. Hue a toujours défendu une alliance privilégiée avec le Parti socialiste. "Je veux saluer la performance de Ségolène Royal, une performance que certains n'imaginaient pas. Tout cela doit nous conduire sans ambiguïté à un large rassemblement", a lancé Robert Hue sur TF1. Mardi, le PCF réunit son Conseil national, qui promet d'être houleux. Pour les législatives, il faudra décider de la stratégie à suivre : une alliance avec les autres composantes de la gauche antilibérale semble compromise. Mais un accord avec le Parti socialiste sera forcément défavorable au PCF.

La nécessaire recomposition des Verts. Avec 1,57 % des voix pour Dominique Voynet, les écologistes sont atomisés. Ils n'ont jamais réussi à capitaliser sur le succès du Pacte écologique de Nicolas Hulot, alors que tous les candidats, pour la première fois, se réclamaient de la défense de l'environnement. Une grande partie de l'électorat des Verts semble avoir été séduite par Ségolène Royal, une autre, plus marginale, se tournant vers José Bové. Le parti écologiste ne pouvait pas aborder les législatives de manière plus inconfortable. Il ne dispose d'aucune marge de manœuvre pour négocier avec le Parti socialiste, et s'expose au risque de perdre tous ses députés. Déjà, lundi matin, des militants de l'intérieur et de l'extérieur des Verts appelaient à une recomposition du courant écologiste, avec les Verts, CAP 21 de Corinne Lepage, le Mouvement écologiste indépendant (MEI) d'Antoine Waechter et des associations.


Arlette Laguiller finit sa carrière politique par la petite porte. Avec 1,41 % des voix, la candidate de Lutte ouvrière obtient son score le plus bas à une élection présidentielle. Pour sa dernière campagne, Arlette Laguiller savait que son score serait bas. Mais elle espérait dépasser les 3%, pour ne pas laisser une organisation en lambeaux. Si Lutte ouvrière a certainement souffert du "vote utile", la formation trotskiste paie aussi son refus d'appeler à voter pour Jacques Chirac au soir du 21 avril. Dimanche soir, Arlette Laguiller n'a pas tergiversé : elle a appelé à voter Ségolène Royal "sans réserve et sans illusion". Même si, pour LO, la reconstruction risque d'être difficile.

Il n'y a pas eu d'effet José Bové. Parti tard dans la course à l'Elysée, rassemblant des courants hétéroclites, le candidat altermondialiste n'a pas réussi à créer la dynamique espérée. Avec 1,35 % des voix, il est bien en deçà de ce qu'espéraient ses partisans. Après l'annonce du résultat, il appelle à "battre Sarkozy" . Ses options sont limitées : la recomposition avec le reste de la gauche antilibérale ne se fera pas en sa faveur. Pour les législatives, il lui sera difficile d'imposer sa vision unitaire à la LCR ou au PCF. Le leader paysan aura du mal à entrer dans l'arène politique.

La candidature Schivardi est restée anecdotique. Le candidat soutenu par le Parti des travailleurs plafonne à 0,35 % des voix. Inaudible, le maire de Mailhac fait moins que Daniel Gluckstein en 2002. Il n'a pas donné de consigne de vote pour le second tour, affirmant qu'il allait décider, dans les jours qui viennent, avec les maires qui ont soutenu sa candidature. Il a également annoncé la création d'un nouveau "parti ouvrier".


Gaïdz Minassian et Nabil Wakim

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-900111,0.html

_________________
:: Être libre c'est choisir.
avatar
Sandra
Maître d'honneur en topic
Maître d'honneur en topic

Féminin
Nombre de messages : 6574
Age : 34
Localisation : dans les bois
Activité : biologie
Points de pertinence : 595
Points de progression : 14561
Date d'inscription : 06/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: actualité journalistique

Message  Sandra le Mar 24 Avr 2007 - 0:30

L'ex-président russe Boris Eltsine est décédé lundi

MOSCOU





L'ex-président russe Boris Eltsine est décédé lundi à l'âge de 76 ans, a déclaré à l'AFP le service de presse du Kremlin.

"L'ancien président russe Boris Eltsine est décédé aujourd'hui", a déclaré le porte-parole, qui n'a pu préciser les causes du décès.

Selon des sources médicales citées par l'agence Interfax, sa mort est due à un brusque arrêt cardiaque.

M. Eltsine, qui souffrait de problèmes cardiaques depuis plusieurs années, avait été le premier président de la Russie post-soviétique. Il est le prédécesseur de l'actuel président, Vladimir Poutine, qu'il avait désigné comme son dauphin.

Boris Eltsine restera dans l'Histoire comme l'homme qui a chassé les communistes du pouvoir en août 1991 et placé la Russie sur la voie des réformes avant de céder la place, malade et impopulaire, à Vladimir Poutine.

Né le 1er février 1931 dans une famille paysanne d'un petit village de l'Oural, cet ingénieur en construction avait commencé sa carrière politique à l'âge de 37 ans au sein du Parti communiste.

Il a été élu président de la Russie en juin 1991 et réélu le 3 juillet 1996. Discrédité par la crise financière de l'été 1998, il démissionne brusquement avant la fin de son mandat à la surprise générale, le 31 décembre 1999.

http://www.romandie.com/infos/news/070423141403.uybmp4pf.asp

_________________
:: Être libre c'est choisir.
avatar
Sandra
Maître d'honneur en topic
Maître d'honneur en topic

Féminin
Nombre de messages : 6574
Age : 34
Localisation : dans les bois
Activité : biologie
Points de pertinence : 595
Points de progression : 14561
Date d'inscription : 06/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: actualité journalistique

Message  Sandra le Mer 25 Avr 2007 - 12:07

L'avortement légalisé à Mexico, malgré l'opposition de l'Eglise

25 Avril 2007 | 08h18

L'avortement a été légalisé mardi dans la ville de Mexico malgré l'opposition farouche des milieux catholiques qui demandaient un référendum sur l'interruption volontaire de grossesse (IVG).





En Amérique latine, où l'Eglise exerce une forte influence, l'avortement hors circonstances exceptionnelles (viol, danger pour la santé de la mère, etc.) n'est légal que dans un seul pays, Cuba.La réforme du code pénal permettra aux femmes qui le désirent d'avorter au cours des 12 premières semaines de gestation. L'avortement en cas de danger pour la santé de la mère, de viol ou de malformation du foetus -législation en vigueur avant la réforme- restera possible au delà des 12 premières semaines.

Lundi, le Vatican a rappelé la doctrine de l'Eglise. Mgr Angelo Amato, secrétaire de la congrégation pour la doctrine de la foi, a comparé l’avortement, le mariage homosexuel ou encore l’euthanasie à un "terrorisme à visage humain tout aussi répugnant" masqué par "des expressions qui cachent la réalité tragique des faits".

"Par exemple, a précisé le prélat, l'avortement est appelé +interruption volontaire de grossesse"+ et non meurtre d'un être humain sans défense".

Mardi, 46 des 66 députés de l'Assemblée législative de Mexico ont voté en faveur du texte appuyé par le Parti de la révolution démocratique (PRD, gauche) et l'ancien parti hégémonique, le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), pendant qu'une centaine de manifestants protestaient ou apportaient leur soutien à la mesure aux abords de l'hémicycle.

Aux slogans des associations catholiques mobilisées "Non à l'avortement, oui à la vie" ou "Oui à la culture de la vie", les pro-avortement répliquaient par des "Pour le droit à décider" et "Femme, consciente, décide pour son ventre".

Les deux groupes étaient séparés par un cordon policier d'une trentaine d'agents et les accès à l'assemblée, dans le centre de Mexico, étaient protégés par la police anti-émeutes.

Depuis un mois, les militants anti-avortement ont fait entendre leur désapprobation. Des spots dénonçant un "crime" sont diffusés à la radio et à la télévision et l'Eglise a annoncé que les législateurs qui se seront prononcés en faveur de l'avortement seraient excommuniés.

"La femme a le droit de décider avant de concevoir un enfant, pas après", estime Cristina Benaviles, une femme au foyer de 43 ans. "Il faut améliorer la prévention, mais l'avortement pas question, ce ne doit pas être un moyen de contraception", ajoute-t-elle.

"La dépénalisation de l'avortement, c'est une question de santé publique, pas une question de morale", martèle de son côté Rebeca Vejar, une employée de banque de 52 ans.

L'accès à l'avortement reflète les profondes inégalités sociales qui divisent les Mexicains. Il peut clandestinement être pratiqué dans une clinique moderne moyennant plus de 10.000 pesos (750 euros) ou dans dans des conditions d'hygiène déplorables pour les plus pauvres.

Une Mexicaine sur cinq a avorté au moins une fois dans sa vie et 100.000 avortements illégaux sont pratiqués chaque année dans le pays, selon une étude du Conseil national de la population. Des ONG avancent le chiffre de 500.000 avortements par an dans des conditions d'hygiène souvent exécrables.

Selon le parti de gauche Alternative social-démocrate, la pratique clandestine de l'IVG a tué 1.500 femmes en dix ans.

Le Parti d'action nationale (PAN, droite catholique) du président Felipe Calderon a voté contre le texte de loi. Dimanche, l'épouse du président mexicain avait participé à une manifestation contre l'avortement.

Plusieurs dizaines de milliers de signatures avaient été déposées lundi auprès de l'Instutut électoral par une association catholique, demander la convocation d'un référendum.

http://www.24heures.ch/pages/home/24_heures/loisirs/bons_plans/bons_plans_detail/(contenu)/61855

_________________
:: Être libre c'est choisir.
avatar
Sandra
Maître d'honneur en topic
Maître d'honneur en topic

Féminin
Nombre de messages : 6574
Age : 34
Localisation : dans les bois
Activité : biologie
Points de pertinence : 595
Points de progression : 14561
Date d'inscription : 06/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

actualité journalistique

Message  Sandra le Mer 25 Avr 2007 - 19:34

Voici l'endroit où chacun pourra fournir des informations sur le monde.


_________________
:: Être libre c'est choisir.
avatar
Sandra
Maître d'honneur en topic
Maître d'honneur en topic

Féminin
Nombre de messages : 6574
Age : 34
Localisation : dans les bois
Activité : biologie
Points de pertinence : 595
Points de progression : 14561
Date d'inscription : 06/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: actualité journalistique

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 25 sur 25 Précédent  1 ... 14 ... 23, 24, 25

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum