Yldune Lévy

Aller en bas

17012009

Message 

Yldune Lévy







« … Le 15 novembre 2008, Julien Coupat est mis en examen[11] pour « direction d'une structure à vocation terroriste », « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste » et « dégradations en réunion en relation avec une entreprise terroriste ». Il est placé en détention provisoire avec quatre autres suspects, quatre autres étant remis en liberté sous contrôle judiciaire. …

… La demande de remise en liberté d'Yldune Lévy, compagne de Julien Coupat, est rejetée le 19 décembre 2008 (confirmée en appel le 6 janvier 2009[19]) par un juge des libertés et de la détention au motif que le juge d'instruction chargé du dossier ne l'a pas encore entendue. Le 14 janvier 2009 une ordonnance de remise en liberté sous contrôle judiciaire est signé, suspendue par le parquet par référé-détention[20]. Le 16 janvier, la cour d'appel ordonne finalement sa remise en liberté sous contrôle judiciaire. Cependant pour être effective, la remise en liberté d'Yldune Levy devra être confirmée vendredi 23 janvier par la cour d'appel de Paris qui examinera au fond l'appel du parquet de Paris.[21]
Le Canard enchaîné a décrit les conditions de détention d'Yldune Levy à la maison d’arrêt des femmes de Fleury-Mérogis : la nuit, toutes les deux heures, la lumière s’allume dans sa cellule pour officiellement « la protéger d’elle-même » mais il s'agit selon l'hebdomadaire, qui cite les juges, d'« attendrir la viande » de cette « dangereuse terroriste ». Il s'agit du mode de surveillance des « détenus particulièrement surveillés »[22]. … »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Julien_Coupat



Yldune Lévy a été détenue du 15 novembre 2008 au 16 janvier 2009, soit 63 jours.
Sa demande de remise en liberté fut rejetée le 19 décembre 2008, soit 35 jours après son arrestation. Celle-ci le fut au motif qu’elle n’avait pas encore été entendue par la justice. Cela correspond à ce que non seulement, plus d’un mois après sa privation de liberté, les événements judicaires essentiels matière à motiver la détention n’eurent toujours pas eu lieu mais, qu’en plus, c’est justement ce manque, dans le droit, qui prétendit justifier de la poursuite de sa détention.
« … la nuit, toutes les deux heures, la lumière s’allume dans sa cellule pour officiellement « la protéger d’elle-même » … » La diminution et la fragmentation du sommeil seraient elles des méthodes reconnues dans la lutte contre le suicide ?

_________________
:: Être libre c'est choisir.
avatar
Sandra
Maître d'honneur en topic
Maître d'honneur en topic

Féminin
Nombre de messages : 6639
Age : 35
Localisation : dans les bois
Activité : biologie
Points de pertinence : 695
Points de progression : 19281
Date d'inscription : 06/12/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Yldune Lévy :: Commentaires

avatar

Message le Ven 23 Jan 2009 - 23:15  Sandra

La cour d'appel de Paris a confirmé, aujourd'hui vendredi 23 janvier, la remise en liberté d'Yldune Levy.

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum